webleads-tracker

blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

les pérégrinations de l'ami Roger....

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

La jeunesse d'un petit garçon de Roudouallec, Morbihan, Bretagne, écrite par lui-même bien humblement.

La jeunesse d'un petit garçon de Roudouallec, Morbihan, Bretagne, écrite par lui-même bien humblement.

Blog dans la catégorie :
Actualités

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

 

 AMIES et AMIS du BLOG de ROGER

2.443 connexions lors de la dernière mise à jour:

Mercredi 21 Mai 2014

heart

TOUT  NOUVEAUX    ARTICLES

ci-dessous....

 

Verdure....

 

 
       Ce n'est pas très aisé de se remémorer toutes ces choses, j'ai de nombreux oublis que je retrouve par hasard au gré de mes écritures. Aors, j'allais vous dire....

       Pour trouver et peut-être voir "mon paradis", il faut quitter Paris et prendre un train de banlieue à la Gare du Nord, descendre à Montsault. Le Paradis se trouve entre la Forêt de Carnelle, celle de l'Isle-Adam et le Bois Carreau; on y trouve aussi l'étang des Bonshommes ainsi que d'autres lieux tranquilles....

        Marchons vers la forêt et la plaine, environ six kilomètres de chemins de terre car ce paradis est bien vaste! Ici, il y a peu d'élevages et beaucoup de cultures, c'est le Pays de France, celui du petit royaume débutant. Un coin peuplé depuis longtemps; on y trouve des allées couvertes, comme la "Pierre Turquoise"et d'autres vestiges préhistoriques disséminés dans la plaine....

       L'Abbaye de Royaumont ne se trouve pas bien loin de là, les environs sont riches d'Histoire. Ces lignes que vous nous faites l'honneur de lire serviront à qui le veut bien pour trouver les clefs de "mon Paradis"....

       Ah, maintenant, j'y suis!! Tout au long de la haie, à l'orée du bois en scrutant la boue du chemin pour savoir qui, à part moi-même, passe par ici! Prenons le temps; il faut bien regarder où l'on pose les pieds. Pour les chevreuils et les sangliers, tout est clair et lisible; les faisans caquettent et laissent aussi quelques empreintes. Le plus difficile, c'est de voir des traces d'écureuils sur le boue, des traces si petites et si légères!....

 

à travers la campagne de Roger....

 

 
       L'une des pattes du chien s'est "perdue" dans les nombreux barbelés qui bordent la limite, mais l'animal n'a guère de chemin à faire car la prairie est bien pourvue de campagnols et de mulots. Ce n'est pourtant pas facile de sauter sur trois pattes pour attraper ses proies, mais il a aussi quelques fruits à croquer, comme les mûres par exemple. Et il m'en laisse quelques unes, le bougre!!

        Il y a un verger abandonné à proximité où chacun peut se "restaurer", et moi, je ne manque pas d'y passer! A l'orée du bois, les chevrettes ruminent, couchées dans l'herbe, les oreilles aux aguêts....

        Pas de problème, je suis caché et ceci, derrière la haie touffue, quasiment inerte et respirant doucement pour ne pas déranger la nature dans ses bons moments. Certains insectes profitent de ces beaux instants pour se poser sur moi. Mes yeux et mes oreilles ont un grand succès!

       Comme il y a pas mal d'insectes, on note aussi la présence des mangeurs de ceux-ci. Par exemple le pic-vert braillard, avec sa tête rouge et son plumage de clown ailé vert et jaune. Il passe vite d'un arbre à l'autre, et défonce gallardement la terre et l'écorce des arbres pour se gaver de larves et de fourmis.

        Plus au fond de la forêt, le pic-épeiche tambourine sur les troncs pour les mêmes raisons et croque, selon la saison, quelques oisillons. Un vieil arbre sans nom est perforé de toutes parts; les becs durs de ces oiseaux-là continuent à démolir; il ressemble à un malheureux squelette avec les pieds dans la sciure!!

 

à poils et à plumes....

 

 
       Je ne suis plus motard, ni cavalier et rarement promeneur champêtre; la vieillerie et ses tracas m'ont longtemps poursuivi et maintenant, je suis bien attrappé! J'ai eu, il y a déjà quelques années, de bons moments où le temps ne comptait pas car j'étais au "Paradis". Maintenant c'est fini; mais il doit toujours être là, ce petit carré de bonheur avec tous mes amis à poils, à plumes, à pieds ou à pattes, et quelques uns à écailles.

        Habillés à leur mode et selon la saison, tapis dans les fourrés ou cachés dans les buissons, perchés dans les branchages, tapis dans leurs terriers ou engourdis sous les feuilles. Chacun fait sa vie selon la saison et change de costume pour la même raison.

       Tout comme les Hommes, ils sont sédentaires ou voyageurs. Il y a les propriétaires terriens un peu hargneux et arrogants, comme le vieux brocart du "Bois-Carreau" qui parcourt son terrain en aboyant férocement car il y a de belles chevrettes autour de lui et sa "cour" est très odorante. A travers son domaine passent aussi les sangliers qui vermillent en retournant l'herbe de leurs groins. Là-aussi l'odeur est forte et les traces montrent que toute la famille se porte bien, petits et grands, jeunes et vieux.

       Je vois aussi, mais c'est plus rare, mon vieux copain le renard boiteux, trottinant sur trois pattes, à troquer sa pitance contre un morceau plus choisi.

 

Le petit Roger aime les animaux de la fermette de François....

 

 
       Chez Job le maçon, il y a un camion et bien plus loin, dans la montagne, une carrière, un concasseur, des mines, un tapis roulant, des tracteurs aussi pour faire bouger tout ça! Un monde de pierres, de bruits, et de poussière....

        Quittons la maison de notre chère Joséphine pour nous rendre chez nos amis à Goarem Person, un quart d'heure de marche le long de la route en mauvais état, et nous voilà arrivés dans la petite ferme de feu mon ami François Manchec. Ici, c'est la pleine campagne; il n'y a pas de cheval, mais quelques vaches et quelques cochons, et bien sûr la basse-cour habituelle.

        Dans la maison, chacun s'occupe. Ma voisine la regrettée Annie, fille de François, est la première de la classe et moi, à l'opposé; alors, c'est elle qui me donne des leçons!

       Après, nous irons voir les vaches et nourrir les cochons, et encore d'autres choses. François est aussi sabotier et il possède un tour à bois, et toutes sortes d'outils.

        Eh bien oui, pour obtenir du beurre, de la crème, du lait, il faut traire les vaches! Braves bêtes qui avaient le bonheur d'être traites par des mains humaines, ce qu'elles n'ont plus aujourd'hui, les pauvres bêtes!....